La certitude des ombres, 2017.
Pigment inkjet printing and screenprinting on watercolor Arches and Hahnemühle paper, tracing paper, wood and Plexiglas.
110 x 67 x 50 cm,

Edition of 8 + 4 AP

Produced by Galerie 8+4, Paris / www.bernardchauveau.com

La certitude des ombres, Massinissa Selmani’s first multidisciplinary installation, represents an opening, if not a shift in the artist’s work. For Selmani, drawing works as a revelator. The artist highlights the ambiguity of contemporary signs by selecting images from medias or archives, reframing them and having them go through an internal montage process to finally combine them with other elements. La certitude des ombres is both a drawing work and a question about what installation is.

As the artist puts it: “This piece illustrates the idea of a fictional conflict zone.” Made of a table, of drawings on paper and tracing papers, of Plexiglas and oak elements, the work creates areas of tension. Some drawn watchtowers dialogue with a set of graduated objects, which seems to indicate measurements and impose a norm or a rule. Drawn landscapes are echoed by strange clouds, unless they are fire smokes coming from some remote bombings.

As for the Plexiglas, it traces semi-transparent frontiers within the work’s singular geography. On closer look, one also notices sketches of shadows that contradict the natural ones. Opacity, transparency, blurriness, crossed perspective on what is drawn but also on this sketched territory. La certitude des ombres is an example of landscape constructed with ruins from the world’s current affairs.

Damien Sausset.

La certitude des ombres, première installation multiple de Massinissa Selmani, constitue dans l’œuvre de cet artiste une ouverture, voir même un basculement. Chez Selmani, le dessin sert de révélateur. En sélectionnant une image issue des médias ou trouvée dans des archives, en la recadrant et surtout en opérant un travail de montage interne en le confrontant avec d’autres éléments, il révèle l’ambiguïté des signes contemporains. 

La certitude des ombres est à la fois un travail de dessin et une interrogation sur ce qui fait installation. Comme lui-même l’affirme : « Cette pièce illustre l’idée d’une zone de conflit fictionnel ». Constituée d’une table, de dessins sur papier et sur calques, de plexiglas et d’éléments en chêne, l’œuvre révèle des zones de tension. Aux miradors dessinés répond des objets gradués qui semblent indiquer des mesures, imposant une norme ou une règle. Aux paysages dessinés répond aussi d’étranges nuages, à moins qu’il ne s’agisse des fumées d’incendies liés à quelques lointains bombardements.

Quant aux plexiglas, ils tracent dans la géographie interne de l’œuvre des frontières semi transparentes. Une étude attentive révèle aussi les esquisses dessinées d’ombres, éléments en contradiction avec les ombres naturelles. Opacité, transparence, brouillage, jeux de regard à la fois sur ce qui est dessiné mais aussi sur le territoire esquissé, La certitude des ombres offre l’exemple d’un paysage reconstruit à partir des ruines des actualités de notre monde.